Comme vous le savez tous, en février dernier, nous avons organisé à Rome un « séminaire de travail » sur deux dynamismes fondamentaux dans la vie de l’Église et, par conséquent, celle des Écoles Pies : l’interculturalité et l’inculturation.   Dans quelques semaines, tous les documents qui y ont été travaillés seront publiés. J’aimerais apporter un petit grain de sel à notre réflexion, avec cette lettre fraternelle.

Point de départ: la réalité est ce qu’elle est, et elle est nouvelle.

J’aimerais commencer par quelques mots du Pape François. Il s’agit d’une description très courte – et certaine – de ce que nous vivons dans chaque continent, publiée dans une lettre adressée au Président de l’Académie Ecclésiastique Pontificale en février 2020. Ainsi, « La mission que vous serez un jour appelés à accomplir vous emmènera dans toutes les parties du monde. Vers l’Europe, qui doit se réveiller; vers l’Afrique, assoiffée de réconciliation; en Amérique Latine, avide de nourriture et d’intériorité; à l’Amérique du Nord, déterminée à redécouvrir les racines d’une identité qui n’est pas définie de l’exclusion; dans l’Asie et l’Océanie, confrontées à la capacité de fermenter dans la diaspora et au dialogue avec l’immensité des cultures ancestrales. » [1]

La lecture de ce paragraphe me laisse, au moins, deux sentiments. D’une part, cela m’aide à comprendre ce que nous vivons dans chaque continent, et c’est très important pour pouvoir discerner ce que les piaristes peuvent et doivent contribuer dans chacun d’eux. Mais d’un autre côté, je pense que ce qui est vécu spécifiquement sur chaque continent se déplace vers les autres, peu à peu et inexorablement. Rien et personne n’est isolé, et tout se communique. Et nous sommes tous mis au défi dans cette tâche de comprendre que le monde cesse d’être monolithique et devient pluriel et diversifié.

Ce que nous disons de notre monde peut aussi être dit de notre Ordre. Nous ne devons qu’ouvrir les yeux pour comprendre l’extraordinaire interculturalité à partir de laquelle nous façonnons notre vie scolaire. Et, par conséquent, le formidable défi de l’inculturation.

Quelques exemples peuvent nous aider à comprendre ce que nous vivons :

  1. Les provinces africaines ont des religieux de huit pays chacune. Par exemple, les scolastiques de Dakar, au Sénégal, appartiennent à 21 groupes ethniques différents.
  2. Notre présence au Mozambique est composée de religieux du Sénégal et du Cameroun, et certains seront formés au Brésil. Et il appartient à la province d’Emmaüs, avec comme langues le portugais et le macua.
  3. Notre Viceprovince du Japon et des Philippines a des religieux de dix pays différents, et travaille sur la pastorale vocationnelle dans de nouveaux pays asiatiques.
  4. La Province des États-Unis et Porto Rico est composée de piaristes de onze pays différents.
  5. Nous avons de plus en plus de maisons de formation où il y a des jeunes de différents pays et cultures, même dans des démarcations d’un seul pays. L’expérience de la formation interculturelle est donnée dans la plupart de nos scolasticats, bien qu’il soit clair que nous devons l’approfondir. Quelques exemples: Buenos Aires, avec des jeunes d’Inde et d’Argentine; Madrid, avec des jeunes d’Italie, d’Espagne, du Timor-Leste et d’Indonésie; Belo Horizonte, avec des jeunes du Brésil, du Bolivie, du Sénégal et du Cameroun; et sans parler des nombreuses maisons de formation en Afrique et en Asie, ou de notre Maison Internationale à Manille.

Notre réalité est plurielle, et le défi est très clair : approfondir ce que signifie mener à bien un projet commun entre des gens différents (interculturalité), et savoir nous placer dans chaque contexte spécifique afin que notre charisme atteigne le cœur de chaque culture et l’évangélise (inculturation).

Deux dynamismes différents et complémentaires.

Après avoir vu notre réalité, il est bon que nous allions un peu plus loin. Nous sommes confrontés à deux défis différents mais absolument complémentaires. Ils ont besoin l’un de l’autre. Nous pouvons dire qu’ils sont les deux faces de la même monnaie. L’interculturalité sans inculturation provoque des  » étrangers « , et la seconde sans la première tend à oublier les processus à partir desquels elle se produit et se consolide.

L’interculturalité n’est pas la même chose que la pluralité. Constater la pluralité n’est pas suffisant. L’important, ce sont les dynamismes qui permettent à cette diversité de devenir des réponses partagées, dans la vie commune, en approches fraternelles, en témoignage de communion et de dévouement à la mission.

L’inculturation ne consiste pas simplement à s’adapter aux nouvelles réalités, mais à les aimer pour les évangéliser.  L’Évangile est inculturé lorsqu’il est placé dans les racines culturelles, pour les transformer, les humaniser et les ouvrir à Dieu. [2] 

Il y a des années, lors du généralat du P. Josep Maria Balcells, l’Ordre a produit des documents très précieux, axés sur la réflexion sur ce que les Écoles Pies devraient prendre en compte sur chaque continent. Parfois, nous oublions les documents que nous considérons « vieux », mais qui continuent d’offrir des lumineuses contributions. Je voudrais simplement, comme des boutons d’échantillon, mettre en évidence de brefs « vieux »   paragraphes qui marquent clairement la direction.

 

« Dans la formation initiale de tout piariste, la dimension missionnaire ne manquera pas ; la présence temporaire de nos scolastiques en mission sera encouragée, en fonction des circonstances et des possibilités » [3].

« Notre attitude est de respect et d’admiration pour les anciennes cultures et traditions religieuses de l’Asie, riches en spiritualité et en humanisme. Par conséquent, la Mission en Asie passe par le dialogue interreligieux et l’inculturation de l’Évangile. Rien de positif et de beau sur le christianisme et les cultures ne sera perdu, si nous procédons à partir d’un dialogue ouvert et le respect de la liberté d’annonce. Celui-ci sera responsable et respectueux, reconnaissant tout flash qui indique la Vérité et conduit à une relation fraternelle et amicale des gens et des peuples » [4].

« L’inculturation n’est pas une commodité ou des tactiques d’évangélisation. C’est une partie fondamentale de la vérité de notre foi. L’inculturation est une expérience spirituelle, un processus de Pâques dans lequel nous mourons nous-mêmes pour rencontrer Jésus, présent sur le continent latino-américain, incarné dans ses communautés ecclésiales et marchant avec son peuple » [5].

J’aime citer des textes d’époques précédentes parce que je pense qu’ils nous aident beaucoup à deux choses importantes: apprécier l’effort, le travail et la clairvoyance de nos aînés, qui nous ont beaucoup aidés à aller de l’avant dans ce que nous voyons clair à notre époque; et, d’autre part, accueillir avec humilité que nous ne pouvons pas nous permettre de faire de « bons programmes » capables de nous désinstaller et ensuite les oublier pour toujours rester au même endroit. Nous devons travailler dur pour que les dynamismes dont nous avons parlé lors de notre Séminaire sur l’Interculturalité et l’Inculturation nous aident à aller de l’avant. C’est notre responsabilité et certainement l’une des tâches fortes du prochain Chapitre Général.

Quelques indices pour avancer sur le chemin que nous nous sommes fixés:

La route que nous suivons vient de loin. Nous avons pu le vérifier en lisant des textes de notre histoire. Mais il y a des indices qui deviennent clairs et que nous devons mettre en évidence. Je vais citer certains d’entre eux.

  1. L’interculturalité et l’inculturation, toutes deux, ont besoin de processus formateurs. On ne les apprend pas spontanément. La formation initiale et permanente doit tenir compte de tout cela.
  2. Le projet EN SORTIE vise à offrir une nouvelle perspective à l’Ordre, en ligne d’interculturalité, d’inculturation et de dynamisme missionnaire. On aura l’occasion d’approfondir ça.
  3. L’interculturalité et l’inculturation doivent imprégner la vie et la mission de l’Ordre. Elles doivent venir à la vie des communautés, aux dynamismes de la formation, aux approches spirituelles, à la manière de comprendre et de vivre le charisme, etc. Elles doivent être considérées en profondeur et incorporées d’une manière intelligente, partagée et calasanctienne à la vie des Écoles Pies.
  4. Le discernement critique de ce que nous faisons et vivons doit également être très clair parmi nous, pour éviter d’accepter des dynamismes, des styles et des coutumes qui peuvent et doivent être changés, et qui sont même différents – et peut-être contraires – à ce que nous voulons vivre comme religieux piaristes. Attention au style de sacerdoce, aux dynamismes trop influencés par les possessions, au fonctionnement économique, etc.
  5. Inculturer le charisme à partir de communautés interculturelles. Cela peut être une bonne synthèse de ce dont nous avons besoin de vivre et promouvoir. Je pense qu’il est clair que nous entrons lentement dans cette dynamique. Mais peut-être qu’on n’y pense pas trop. C’est pour ça ce séminaire.
  6. Nous avançons dans ce que nous appelons le « modèle de présence piariste ». Je pense que l’introduction de ces deux dynamiques dans les projets de chaque présence nous aidera à enrichir notre expérience de chacun d’eux et à aller dans la bonne direction.

Je vous invite tous à travailler le matériel produit pendant notre séminaire, et à offrir vos contributions pour une expérience meilleure et plus appropriée de notre charisme dans l’ensemble des Écoles Pies.

Recevez ma salutation fraternelle.

 

Pedro Aguado Sch. P.

Père Général

 

 

 

[1] Pape François. Lettre au Président de l’Académie Ecclésiastique Pontificale, 11 février 2020.

[2] Saint Paul VI. « Evangelii Nuntiandi » 18-19

[3] Congrégation Générale. « Présence religieuse, éducative et missionnaire des Écoles Pies. Point VIII.6. Collection CUADERNOS Nº 12. 1987

[4] Congrégation Générale. « Témoins de Jésus et disciples de Calasanz en Asie ». Collection CUADERNOS, point 67.

[5] Supérieurs Majeurs d’Amérique. « Incarnation des Écoles Pies en Amérique Latine ». Point 3.1, page 29. Collection CUADERNOS, Nº 17.  

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información. ACEPTAR

Aviso de cookies