Les premiers piaristes arrivèrent en Pologne en 1642 (à Podolin et Varsovie) et à Cracovie ils fondèrent une maison en 1675 (après avoir passé quelques années en dehors de la ville dans l’actuel quartier de Kazimierz).

En 1714 ou 1718, la construction de l’église de la Transfiguration du Christ a commencé. La fondation est située dans la partie la plus ancienne de la ville et est la dernière église construite dans les murs, c’est-à-dire, la vieille ville de Cracovie. Il semble très probable que le premier architecte de l’œuvre a été Kacper Bazanka, très célèbre à cette époque à Cracovie. L’église, bien qu’elle ne soit pas complètement achevée à l’époque, fut consacrée en 1728. L’auteur de la façade était Francesco Placidi qui a fait son travail dans les années 1759-1761. Placidi, d’origine romaine, en Pologne était l’architecte de la cour royale. La façade est un exemple spectaculaire de la construction baroque tardive. La façade a deux entrées: une porte nous mène directement de la rue à l’église inférieure, et par deux escaliers vous montez à la porte de l’église supérieure. La fondation a été soutenue par des notables de la région de la Pologne Mineure, et la partie inférieure de l’église, consacrée en 1733, a été financée par Mgr Stefan Dembinski.

En bas, nous trouvons la chapelle de la Scala Santa, la crypte, la chapelle funéraire, la galerie de Pijarska. Tous ces endroits montrent la longue histoire de cette place. Son but initial était la chapelle avec la réplique du Saint Escalier. Dans la partie centrale de la nef principale il y a un escalier asymétrique avec la partie droite qui était l’objet de dévotion. Le côté gauche de l’échelle était utilisé pour descendre. Au sommet de l’escalier se trouvait un autel de l’incarcération du Christ. Sous cet autel, et entre les deux sections, se trouvait la grotte de la tombe du Seigneur.

Il est vrai que la chapelle de la Scala Santa a ses répliques dans toute l’Europe, mais celle des Piaristes est la seule en Europe Centrale qui occupe tout l’espace de la partie souterraine du temple et correspond artistiquement à la supérieure. Dans la voûte de la chapelle il y a un oculus qui indique la relation entre le monde de la mort et celui de la vie, transmettant un peu de lumière. Ce creux a été utilisé pendant les mystères de la Résurrection et de l’Ascension du Christ. En outre, rare et donc très original, c’est la forme de l’ascension et la descente de l’escalier placé dans les deux côtés de la nef avec le sommet en bas et au milieu des deux côtés.

La partie droite se compose de 28 marches, qui sont associées au nombre de marches dans l’escalier de la forteresse Antonia à Jérusalem déplacé à Rome et conservé à Latran. Cette partie est faite de calcaire compact et était utilisée pour des actes de dévotion. Par ces marches, on pouvait monter seulement à genoux. Des reliques de martyrs et des souvenirs de Terre Sainte avaient été placés à chaque échelon. En plus de tout cela, sur les marches numéro 2, 11 et 28 (qui dans l’escalier d’origine avaient des taches du sang du Christ) ont été placés des particules de la Sainte-Croix, dans des endroits marqués par des croix métalliques. La section de gauche a 23 marches et est faite de grès.

Pour faciliter la dévotion individuelle, six fresques sont peintes sur les murs de la chapelle; cinq d’entre eux sont les mystères douloureux du Rosaire: la prière dans le jardin de Gethsémani, la flagellation du Seigneur, le couronnement d’épines, le chemin du Calvaire, et la crucifixion de Jésus. Dans la sixième arche se trouve la scène de la Pietà. L’auteur des fresques était Andrzej Radwanski, un peintre formé aux dépens des Piaristes à Brno. Au-dessus des arcades il y des lunettes avec les peintures faites par plusieurs peintres de l’équipe de Franz Eckstein qui a réalisé le projet de la conception de l’église supérieure.

Des deux côtés de la nef principale et autour d’elle il y a des niches avec des restes mortels. Dans les catacombes de gauche, le clergé était enterré, y compris les piaristes ; dans les niches du côté droit, on enterrait des laïcs, et, bien sûr, les fondateurs.

Au XIXe siècle, la dévotion liée à la Scala Santa est progressivement disparue. Après les partitions de la Pologne et à la suite des insurrections, auxquelles ont participé de nombreux anciens élèves des Piaristes, l’église piariste de Cracovie, comme les autres maisons de la province, a été abandonnée par les religieux. À partir de 1887, l’église souterraine a été utilisée comme chapelle funéraire pour les personnes les plus importantes de la société. De cet endroit est sorti le cortège funèbre, par exemple, de Józef Ignacy Kraszewski et celui de Stanislaw Wyspianski.

Depuis 1997 dans cet espace se trouve la galerie d’art appelée « Krypta u Pijarów ». Il y a aussi une tradition bien connue de la construction du monument de la Semaine Sainte, qui est l’installation artistique de la tombe du Seigneur.

Après la réparation générale réalisée dans les années 2017-2019, la chapelle brille dans toute sa splendeur.

P. Jacek Wolan Sch. P.

 

 

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información. ACEPTAR

Aviso de cookies