« Ah, si je pouvais recevoir les deux tiers de votre esprit! » 2 Roi 2, 9

« Avec cette poste, j’écris une lettre au P. Jean Luc, dans laquelle je lui montre avec affection paternelle combien je souhaite lui communiquer avec charité  l’esprit que le Seigneur m’a donné » Ep Cal 3913

Je voudrais couronner avec ces mots la semaine de travail autour des « contributions calasanctiennes particulièrement significatives pour le moment actuel des Écoles Pies », un espace qui était sous la direction de P. Angel Ayala Guijarro Sch. P.

C’étaient des journées pour nous immerger pleinement dans les sources calasanctiennes et ainsi « arracher » au Saint au moins une infime partie de l’esprit que le Seigneur lui a donné.

Nous avons essayé non seulement de faire une approche théorique, mais, surtout, une expérience authentique de contact avec ses écrits, sa vie, son œuvre. Alors qu’avec une grande érudition, P. Angel a proposé une brillante lecture, par exemple, du Mémorial au Cardinal Tonti, à son tour il nous a invités à visiter la chambre de Calasanz assidûment et y rester pour apprendre à prier comme il priait.  Bien qu’il nous ait aidés à revisiter la biographie du fondateur comme un itinéraire, il a également proposé (jusqu’à ce que les circonstances actuelles l’ont permis) de marcher et de scruter les quartiers romains si souvent visités par le vieux saint. Quoi qu’il en soit, ce furent des jours d’une authentique école calasanctienne intégrale, capable de toucher la vie et aussi de nous renouveler pour mieux servir notre tâche en tant que formateurs.

En raison des difficultés évidentes que nous vivons à l’échelle mondiale, P. Général a fait avancer la fin de ce cours. C’est pourquoi je voudrais profiter, au nom de tous mes frères piaristes avec lesquels nous avons partagé ces mois, pour remercier l’Ordre, P. Général et de ses assistants, chacune de nos Démarcations, les enseignants et, en particulier, la communauté de San Pantaleo, qui nous a vraiment accueillis et nous a fait sentir chez nous.

Il est nécessaire de recueillir d’abord comme bassin pour ensuite se renverser comme canal. Le deuxième défi approche alors : renverser, partager, offrir tout ce qui nous a été donné pour marcher et aider les autres à marcher en portant les sandales de notre saint père.

Que le Seigneur nous donne la grâce d’être en mesure de le faire et que tout soit pour sa gloire et l’utilité des autres.

P. Guillermo Serpez Sch. P.

 

 

 

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información. ACEPTAR

Aviso de cookies