« Nés pour éduquer », une campagne qui vise à rendre visible la situation extrême de l’éducation et à mettre en valeur le travail des enseignants au Venezuela

Les piaristes vénézuéliennes ont lancé la Campagne « Nés pour éduquer » qui vise à rendre visible la situation d’effondrement de l’éducation et à mettre en valeur l’appel vocationnel de ses enseignants.

 La grave crise humanitaire que traverse le Venezuela a particulièrement affecté le système éducatif au bord de l’effondrement, notamment en raison du très bas salaire des enseignants. Les piaristes, fidèles à notre tradition d’école populaire, nous cherchons des options pour que nos enseignants continuent à faire ce qu’ils font le mieux : éduquer. Comme  l’affirme  Juan Alfonso Serra, Provincial piariste d’Amérique Centrale – Caraïbes,  « Calasanz a fondé les Écoles Pies dans le but que les enfants et les jeunes de son époque puissent avoir un avenir digne, mais il est également clair que, pour accomplir un service si important, il avait besoin de l’attention d’éducateurs engagés », et cite l’un des écrits du fondateur des Piaristes: « Le problème de l’enseignement est d’une telle importance qu’il exige des individus dotés d’une immense charité, de patience et d’autres vertus » (1636). « Cela semble donc évident –poursuit le P. Provincial –: il n’y a pas d’éducation pour les enfants s’il n’y en a pas qui les éduque, et pourtant, étant si évident, il nous semble toujours plus facile d’aider les enfants que nos enseignants. »

P. Javier Alonso, coordinateur de cette initiative, explique que l’objectif de la campagne est double. D’une part, montrer la vitalité vocationnelle de nos enseignants « malgré les énormes difficultés du pays et leur faible salaire ». D’autre part, collecter des fonds pour l’aide de notre personnel et ainsi leur donner un peu plus de stabilité. En effet, le site web de la campagne recueille de nombreux témoignages d’éducateurs des centres du Venezuela.

Comme le souligne le P. Provincial, « dans l’Évangile de Matthieu Jésus ne dit pas seulement « j’avais faim », « j’étais nu », « j’étais prisonnier ». Il a aussi dit « tu m’as nourri », « tu m’as habillé », « tu m’as rendu visite. » Il ne suffit pas de contempler, mais il faut agir.  Il ne suffit pas de regarder la réalité, mais il faut la prendre en charge. »

La campagne a été présentée le 30 juillet dernier dans le but de mettre en ligne la participation de près de 70 directeurs et responsables d’établissements d’enseignement scolaire du monde entier. A travers un site web (www.nacidosparaeducar.org), toutes les informations de la Campagne sont centralisées et des témoignages d’éducateurs des différentes œuvres piaristes sont offerts. De même, différentes possibilités de collaboration sont également prévues.

Les piaristes d’Amérique Centrale et des Caraïbes présents au Venezuela accueillent dans leurs salles de classe près de 4 200 enfants et, à travers cinq établissements d’enseignement, comptent 300 éducateurs.

Plus d’informations : www.nacidosparaeducar.org

Vous pouvez contacter le responsable du projet, le piariste P. Javier Alonso qui se trouve actuellement à Carora (Venezuela), via le mobile suivant: