À L’ORDRE DES ÉCOLES PIES

LA GRÂCE ET LA PAIX DE DIEU, NOTRE PÈRE

 

« Celui qui boit de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif. En lui, l’eau deviendra une source d’où jaillira la vie éternelle » (Jn 4, 14)

Chers frères :

Je vous écris cette lettre au milieu de la crise que nous traversons à cause de la pandémie qui touche notre monde. Et je le fais en ce troisième dimanche de Carême, dans lequel la Parole de Dieu atteint nos cœurs, main dans la main avec le dialogue de Jésus avec la Samaritaine, pour nous rappeler où est la source de la Vie, de la Pleine Vie.

Dans ces moments de difficulté et d’impossibilité de mener à bien notre mission piariste (écoles fermées, limitation des mouvements, églises fermées  et sans possibilité de célébrer ensemble et en personne notre foi, la nécessité d’être à la maison pour éviter les risques de nous-mêmes et des autres), il est plus important que jamais que nous tournions notre regard vers celui qui est capable de répondre à toutes nos préoccupations, et que nous écoutions à nouveau, adressée à chacun de nous, les paroles du Seigneur:  Que tous ceux qui sont fatigués et accablés viennent à moi, et je vais les soulager » (Mt 11:28).

Peut-être en ces temps d’incertitude, il est plus nécessaire que jamais pour nous de nous dire ce que nous sommes et  sommes appelés à être: ministres de l’espoir du futur Royaume et de l’union fraternelle entre les hommes [1]. Notre dernier Chapitre Général ne pouvait pas prévoir ce que nous vivons, mais il nous a offert une réflexion sur ce texte de nos Constitutions. Il est bon que nous l’adaptions à notre réalité actuelle et que nous la réfléchissions : « Le fait d’être ministres de l’espoir en ces temps de crise nous rapproche du cœur de nombreuses personnes affligées par l’insignifiance dans leur vie ou frappées par la crise. Nous pouvons être ministres de l’espérance parce que, surtout, nous sommes des disciples du Christ, notre espérance (I Tim 1,1). Faisant confiance en Lui, nous sommes confrontés aux épreuves auxquelles nous sommes soumis aujourd’hui. Nous entendons sa parole qui nous invite à ne pas nous tourmenter, à ne pas nous enfuir, à rester fermes. Une vie piariste éveillée et priant nourrira l’espoir dont nous avons besoin pour vivre notre vie consacrée avec joie et poursuivre cette belle mission d’être « ministres de l’espérance », en particulier dans les contextes où beaucoup de gens – principalement les jeunes – souffrent à cause de la faute d’avenir.[2]

Je vous invite tous à réfléchir à la façon dont nous pouvons être ministres de l’espoir en ce moment que nous vivons. Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire.

Tout d’abord, la prière, personnelle et communautaire, priant le Seigneur pour les gens qui souffrent et pour la fin de cette situation. Je reçoive des initiatives de nombreux lieux de l’Ordre dans lesquels il y a diverses propositions de prière pour tout ce que nous vivons, et je suis très heureux pour tout cela : chaînes de prière dans nos maisons de formation, célébrations spéciales, moments d’adoration eucharistique, etc. Le témoignage de foi et de confiance en Dieu nous aide et aide ceux qui sont en contact avec nous.

Offrons des messages de proximité et d’encouragement à ceux qui vivent en difficulté dans cette situation. Je sais que beaucoup de personnes âgées sont inquiètes, et je sais que leurs soignants sont inquiets aussi. Bien qu’ils ne puissent pas recevoir des visiteurs, il existe de nombreuses façons d’apporter la proximité et l’affection des frères.

Et là où l’activité éducative et pastorale est encore possible, il est important d’aider chacun, en particulier les élèves, à apprendre à se conduire et à valoriser le respect des autres, la responsabilité personnelle et, surtout, la force de la foi.

Transmettons avec nos vies et nos attitudes ce qui est le plus nécessaire en ce moment : la confiance en Dieu, la joie, la responsabilité et l’engagement avec un monde plus juste et plus humain.

J’exhorte chacun à mettre pleinement en œuvre les mesures définies par les autorités civiles et ecclésiastiques, et à procéder avec une extrême prudence dans tous les domaines de notre vie. Tout cela profitera à tout le monde.

Comme vous le savez tous, nous avons dû suspendre certaines activités importantes qui ont été organisées par la Congrégation Générale (visite canonique générale, réunions d’Ordre, etc.), et il faut en faire autant dans chacune des provinces. Acceptons avec paix et humilité ces décisions qui ne sont pas à notre goût, mais qui sont inévitables. Espérons que dans quelques semaines nous pourrons reprendre notre vie quotidienne, et prions pour cela.

Nous confions nos élèves, leurs familles, nos collaborateurs et les Écoles Pies à la protection de Marie.

Recevez ma salutation fraternelle.

 

P. Francesc Mulet. Sch. P.

Secrétaire Général

P. Pedro Aguado Sch. P.

Père Général

 

Veracruz, Mexique, 15 mars 2020.

[1] Constitutions des Écoles Pies, n. 25.

[2] 47e Chapitre Général des Écoles Pies, « Disciples et Témoins », point II.7.22. COLLECTION CUADERNOS, Nº 53.

 

Lettre

 

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información. ACEPTAR

Aviso de cookies