Avec le livre « École en sortie : des rencontres éducatives dans les périphéries », on veut incorporer au curriculum de l’école la richesse qu’a la rencontre avec les gens qui ont vécu une réalité d’exclusion sociale et la façon dont la société donne une réponse. Pour ce faire, l’école doit changer sa façon de s’organiser pour qu’elle quitte son isolement et soit plus perméable à son environnement social.

L’« école en sortie » est celle qui prend soin des étudiants les plus faibles, qui ouvre ses portes à la communauté, qui permet la participation à tous et construit l’Église. C’est celle qui réveille chez les élèves une conscience critique des injustices et les invite à s’engager avec les plus démunis. L’« école en sortie » c’est l’espace où tout le monde a la possibilité de grandir, c’est l’expression visible de la table de communion du Royaume de Dieu.

Le livre commence par une narration romancée de l’expérience de la rencontre avec les pauvres que Joseph de Calasanz a eue dans le quartier du Trastevere de Rome et dont le récit est une version éducative de la parabole du bon samaritain. Ensuite, il y a des chapitres pour former les éducateurs dans la conscience sociale.

Dans la deuxième partie du livre, il y a dix rencontres avec des personnes qui ont souffert d’une réalité d’exclusion sociale et qui se sont fixées dans la ville de Rome 400 ans après que Saint Joseph de Calasanz eut une rencontre avec les enfants pauvres et qui a été à l’origine de la naissance de la première école populaire. Chaque rencontre se compose d’une histoire qui rassemble une expérience de rencontre avec des personnes et des institutions d’exclusion ; puis une réflexion sur la réalité racontée est faite. Le but de cette partie est de servir de référence pour le développement de programmes plus organisés à l’école.

Le programme « Rencontres dans la périphérie » est destiné à enseigner les élèves à regarder les exclus avec les yeux de miséricorde, à apprendre d’eux, les aider dans leur processus de guérison et d’intégration sociale et de créer les conditions de justice afin qu’il n’y ait plus de victimes. Incorporer les exclus dans la pratique pédagogique signifie récupérer le grand projet humaniste qui a inspiré les grands pédagogues de toute l’histoire. Ces rencontres sont destinées à apprendre de l’humanité de ceux qui souffrent de vulnérabilité et d’exclusion.

Le livre peut être une bonne contribution pour promouvoir l’éducation pour l’action sociale dans nos écoles ; l’une des options du projet éducatif piariste.

Le 7 mars, le livre sera présenté publiquement à Valence.

 

 

 

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información. ACEPTAR

Aviso de cookies