N’ayant pas pu prononcer ses vœux solennels à Rome le mois dernier pour des raisons de visa, il semble que la Providence ait voulu donner à Pedro – et à nous tous – l’occasion de célébrer, le 7 août, sa profession solennelle avec la communauté piariste et la communauté chrétienne qui l’a accompagné (et ceux qu’il a accompagnés) ces deux années, ici à Makili.

C’est la première chose qui a provoqué la surprise : célébrer une Profession Solennelle dans l’île d’Atauro ! Ils n’ont jamais eu une telle occasion, cela se fait toujours dans une grande ville.

Nous avons demandé à le faire de manière simple, dans le style piariste, mais le conseil pastoral a dit que c’était une fête pour tout le monde, pas seulement pour les piaristes, et il a donc été organisé avec des « dimensions plus grandes » : accueil de tous ceux qui sont venus (famille de Pedro, candidats piaristes, notre frère Julião, curé de la paroisse, autorités… et religieux de la Compagnie de Marie et des Canossiennes), préparation d’un lieu pour cuisiner pour tous, de la chapelle, de la salle à manger et de l’espace – avec scène et couverture – pour la « festa kultura » qui a suivi la messe et la profession.

La plupart des invités sont venus le vendredi et le samedi, sur les « bero », les bateaux qui quittent Dili vers 9 heures et arrivent deux heures plus tard. Vendredi, samedi et dimanche, la communauté chrétienne de Makili a offert un espace et de la nourriture pour tous.

Le dimanche, la messe a commencé à 16 heures. L’église était pleine. P. Didimus a présidé, P. Guido (curé de l’île) a concélébré et P. Daniel, qui parle à peine à cause de son aphonie, a concélébré. Pedro est accompagné de son oncle et de sa tante, avec lesquels il vit à Dili depuis plusieurs années et qui représentent sa famille et ses parents décédés. Pendant la profession, reçue par P. Daniel par délégation du P. Provincial, son oncle Jacinto l’accompagne avec une bougie, représentant la formation chrétienne reçue dans la famille depuis le baptême.

Après la messe : la partie culturelle, avec des chants, des danses et des discours de félicitations, d’action de grâce et d’histoire. Et dîner dans les espaces préparés, pour tout le monde. Puis il y a eu des chants et des danses jusqu’à minuit.

Quelques jours intenses de rencontre, de service et de disponibilité. Pedro a donné son oui définitif au Seigneur et nous sommes reconnaissants à Dieu, qui l’a appelé et accompagné, et à Pedro qui a dit son « me voici, Seigneur ».

P. Daniel Hallado Arenales Sch. P.