La propreté et le nettoyage qui va avec sont souvent pris pour acquis. L’organisation et le travail derrière elle dans la paroisse piariste, à l’école maternelle, l’école primaire et le centre de soins après l’école nécessitent des efforts considérables. Dans cette interview, Andrea Gutschik, directrice de bureau de longue durée de la province de l’Ordre Piariste en Autriche, parle de ses expériences en termes de propreté.

Les Piaristes dirigent un jardin d’enfants, des groupes d’enfants, un centre de soins après l’école, une école primaire et une paroisse sur le site de Maria Treu. Ils organisent le nettoyage. Quels défis avez-vous ici?

Nous travaillons avec la même entreprise de nettoyage depuis de nombreuses années. Tous les nettoyages ne sont pas les mêmes. Mes normes d’hygiène sont relativement élevées. Il est essentiel de communiquer clairement ce que vous voulez et ce qui est important pour vous. J’ai souvent contrôlé et n’a pas laissé passer si, par exemple, le nettoyage des toilettes n’était pas assez complet. La rétroaction est alors souvent désagréable, et peut mener à la colère des deux côtés. Les normes d’hygiène sont un grand défi. Il y a des lignes directrices que nous devons suivre et qui sont également contrôlées par le bureau de marché. Une ou deux fois par année, ces inspections sont effectuées sans préavis dans le centre de soins après l’école et la maternelle, ainsi que dans la cuisine de l’école.

Comment fonctionne la coopération avec les entreprises de nettoyage ?

La coopération avec notre entreprise de nettoyage à Maria Treu s’est améliorée au fil des ans. Le personnel me connaît déjà bien, et ils savent ce que j’apprécie. En raison des changements fréquents de personnel à l’entreprise de nettoyage, il y a toujours quelque chose à faire. Sans contrôle, une inexactitude inévitable s’installe au bout d’un certain temps.

Après les festivités, comme la « Foire paroissiale de Josefstadt » , il n’y a pas de problème avec le nettoyage. Que se passe-t-il en arrière-plan quand il s’agit de nettoyage?

Surtout après la « Foire paroissiale de Josefstadt » et d’autres événements importants, la cour intérieure, le Centre Calasanz, la cuisine, les toilettes, et parfois les salles annexes du centre paroissial sont utilisées par beaucoup de gens. La pollution est donc élevée, ce qui est un grand défi pour notre personnel de nettoyage. Surtout le lundi suivant, notre personnel de nettoyage a besoin de beaucoup de temps pour nettoyer les chambres. Tout doit être nettoyé à nouveau au plus tard à midi lorsque le programme après l’école commence.

Depuis novembre 2020, le groupe doposcuola déjeune au centre paroissial. Cela signifie que le centre doposcuola utilise la cuisine pour le déjeuner. Par conséquent, nous faisons également le nettoyage quotidien (du lundi au vendredi) là-bas.

La paroisse loue et utilise le Centre Calasanz et est responsable de la propreté dans ce domaine. Cependant, nous utilisons la synergie du fait que nous (paroisse et Ordre) embauchons la même entreprise de nettoyage, et en partie les mêmes nettoyeurs sont employés.

Qu’associez-vous à l’Ordre Piariste ?

Les Piaristes en Autriche sont devenus plus internationaux au cours des 20 dernières années. Mes filles sont allées à l’école à Saint-Thekla (Vienne), alors je connais le Père Pius et le Père Ignace depuis de nombreuses années. De même, en septembre 2021, mon petit-fils aîné commencera l’école primaire à St. Thekla.

Au début, j’étais dans une petite pièce avec l’administrateur de la province piariste, M. Thomas Pawel. J’avais un petit bureau et pas de téléphone à moi. Je m’occupais d’un compte de revenu/dépense manuscrit des Pères. Les frais de scolarité étaient inscrits dans un livre. Il y avait nos professeurs dans l’école primaire, mais seulement quelques employés dans la maison.

Plus tard, les nouveaux étudiants (d’abord de l’Inde) ont apporté une bouffée d’air frais dans la maison. Entre-temps, l’Ordre compte de nombreux employés au doposcuola et dans la maternelle, ainsi que dans d’autres domaines. Chaque année, de nouveaux Pères ou étudiants viennent, et l’Ordre continue de se développer. Le Délégué Général, Père Jean de Dieu, a de nombreux contacts internationaux. Actuellement, nous attendons quatre prêtres d’Afrique.

Notre équipe administrative et l’équipe de direction travaillent très bien ensemble. Je pense qu’il y a besoin d’une base de travail stable et continue pour être en mesure de se développer davantage. Ensuite, un changement positif est possible. Les Piaristes ont une longue histoire. Nous continuerons de croître en ces temps instables et difficiles.

Lukas Zimmermann