« Ce n’est pas important de penser beaucoup, mais d’aimer beaucoup« 

Teresa de Jésus. Château intérieur.

 

 

Voir, contempler avec les yeux du Christ

La saine distance sociale du COVID-19 a été le véhicule pour que nous étions plus proches de milliers d’histoires qui convergent dans un espace commun et que nous voulons qu’il soit plus utile comme pastoral, spirituel et éducatif que comme formatif. C’est Dieu, ça a toujours été comme ça, quand les choses ont été plus difficiles, il y a plus de profit et d’opportunités dans un autre sens. Ça a toujours été comme ça. Quand Calasanz était dans les situations les plus difficiles, c’est quand la lumière de la sainteté du fondateur, des Écoles Pies, de l’Église, des enfants et des jeunes pauvres, les piaristes ont le plus brillé. Ce moment complexe que nous traversons est sans doute un appel à être meilleur et laisser la lumière du ressuscité briller dans nos vies et nos structures.

J’avoue que j’ai mis beaucoup de temps à écrire cet article, où je ne veux pas être le protagoniste d’une expérience que nous avons construit à plusieurs … mais je tiens à exprimer dans cet article, ce que je regarde et contemple avec l’initiative pastorale qui est le Facebook: Juniorato Escolapios Mexico.

Le 17 mars, les scolastiques sont rentrés avec une question : qu’est-ce qui va nous arriver? Les classes s’étaient terminées en face-à-face en raison du COVID-19, et une nouvelle phase académique a commencé… format virtuel.

En fait, à l’époque, je ne savais pas quoi répondre. Mais quelque chose en moi savait que je devais prier et penser, et je l’ai fait.

Trois sont les conclusions catégoriques que j’ai tirées :

  1. Ce thème de la pandémie nous a pris par surprise. Personne ne sait quoi faire et comment coordonner cette situation. Nous sommes nombreux à parler et nous devons discerner l’information « ENSEMBLE » à la lumière du Christ.
  2. La vie quotidienne à laquelle nous étions habitués va changer et nous pouvons la construire, mais nous devons maintenant chercher les critères à partir desquels nous devons la construire. C’est un moment formidable pour construire de nouvelles dynamiques. C’est une période de grande opportunité dans l’obscurité de la peur et de l’incertitude. De nouveaux scénarios sont à la porte, c’est à notre tour d’ouvrir la porte pour eux et de les prendre.
  3. Nous ne pouvons pas nous tenir les bras croisés en attendant que tout se passe. Dieu n’est pas comme ça. Nous ne pouvons donc pas laisser les jeunes des Groupes de Talcoligia abandonnés en mode « mute », car quand nous reviendrons, nous ne les trouverons certainement pas au même endroit.

Voici comment « quelque chose » est arrivé dans la communauté qui résume plusieurs intentions :

  1. Soins pastoraux
  2. Accompagnement expérientiel
  3. Continuité
  4. Exercice du ministère dans un autre espace d’évangélisation

Nous nous immergeons « TOUS ENSEMBLE » sur les réseaux sociaux de Facebook, Instagram et YouTube de Juniorato Escolapios Mexico. Cette expérience pastorale d’éducation a de nombreux bords que je ne trouve toujours pas comment les classer et les englober, peut-être parce que c’est né comme un projet ouvert, dans la construction continue, sensible aux réactions des gens qui suivent cet accompagnement, et surtout, de laisser entrer la toute-puissance de Dieu dans cet espace, qu’il nous inspire à atteindre ceux que Dieu nous a confiés pour surveiller et prendre soin.

 

La fondation. Nous nous laissons éclairer par l’Évangile

Juniorato « Escolapios México » sur Facebook, YouTube et Instagram a été intégré par diverses activités que nous préparons aujourd’hui en communauté, en commun, en coopération, en dialogue, dans une attitude de discernement, dans une attitude de sensibilisation aux messages qui sont transmis, dans une transparence authentique de ce que nous vivons et ce que nous voulons être, et surtout de faire plus transparent l’appel de Jésus à le suivre et à surmonter nos peurs et nos doutes « ENSEMBLE ». C’est ce point formidable que j’ai vraiment apprécié dans l’accompagnement.

La vie dans le scolaticat est devenue l’occasion de concentrer notre regard sur Jésus et de faire des choses pour Lui, de concentrer notre regard sur les enfants et les jeunes et d’être sensibles à eux et à leurs familles, de concentrer notre regard sur les familles et la société que nous souffrons et d’être à l’agonie dans le désespoir et la peur, mais que « ENSEMBLE » nous pouvons tisser l’éventail des possibilités qui nous rendent plus cohérents et plus solidaires.

Jésus, le Christ, est un événement d’incarnation ; et la Trinité une véritable relation de communion. C’est le modèle que nous voulons promouvoir dans la pratique pastorale à travers les réseaux sociaux. Nous voulons que ce soit l’expérience complète des Apôtres dans Jean 21, 1-14. Y compris le moment de confusion où les apôtres n’ont rien attrapé du jour au lendemain. Mais aussi, nous souhaitons avec gratitude qu’il causera dans beaucoup l’expérience d’entendre Jésus nous dire où jeter les filets, et de mettre sur la table de l’autel les poissons qui sont le fruit du Royaume de Dieu parmi nous. Nous saluons également les paroles du Pape dans l’Exhortation apostolique post-synodale (2019) « Christus Vivit »: Christ Vit et il te veut vivant.

Enfin, éclairer la pratique pastorale avec l’Evangile est notre devoir, afin que nous ne soyons pas fiers des fruits obtenus, mais seulement Lui mérite gloire et honneur. C’est lui qui fournit, c’est lui qui fait grandir, mais c’est à nous de semer et d’arroser.

 

Les personnes. La communauté convoquée

Les personnes impliquées viennent de divers scénarios où l’Esprit coule et parle différemment. Des religieux et des laïcs ; des candidats des premières années et ceux professés de vœux solennels ; des jeunes en discernement professionnel et des jeunes qui construisent chaque jour leur identité piariste par des vœux ; inexpérimentés et experts de la communication : sur ce navire il y a de la place pour nous tous. Tout le monde, y compris ceux qui voient nos moments pastoraux, nous suivent, participent aux activités, vivent avec nous les Eucharisties. etc. Nous tous, nous formons une nouvelle communauté. Nous cherchons à ce que non seulement ils consomment un service, mais qu’ils voient dans le service que nous fournissons, l’appel auquel ils sont appelés à participer à la construction des nouveaux scénarios auxquels nous devons faire face « ENSEMBLE ».

Entre peurs compréhensibles et valables, mais surtout dans un esprit de confiance et de dévouement, la communauté scolasticat, et peu à peu, plus de gens, nous avons construit cet espace. Ce n’était pas facile, parce que ce que nous pensions être court a été de plus en plus large… ce que nous pensions qu’il allait se traduire par « repos » se tourna vers un travail différent … quelque chose que nous pensions être juste le scolasticat, ce serait maintenant une expérience de la communauté et la communion. Nous vivons une transformation, comme une dynamique qui n’était pas auparavant très explicite pour nous, parce que l’être humain est par nature routinier et ritualiste… maintenant il n’y a pas de rituels, pas de routines, tout est nouveau, nous transforme et nous interpelle.

 

Découvertes

Nous découvrons l’impuissance qui nous donne d’arrêter de rencontrer en personne les enfants, les jeunes et les familles de notre apostolat. La confusion qui génère en nous cet éloignement. Nous avons découvert que nous aimerions ne pas le faire continuer à servir, mais nous savons que nous ne le faisons pas.

Nous découvrons qu’il n’est pas facile de marcher dans la même direction, même dans les moments qui exigent cette attitude de notre part. Mais que cet espace est un aéropage pour générer une telle dynamique.

Nous découvrons que la générosité est plus importante que la fuite, le silence ou la passivité.

Nous découvrons que l’Esprit souffle et nous ne savons pas d’où il vient et où il va, mais – comme c’est arrivé à Calasanz – nous devons être attentifs à son passage, afin qu’il ne passe pas soudainement et parte.

Nous découvrons que nos scolastiques ont une graine de renouveau, une lumière d’espoir, un mot d’encouragement que nous devons encore savoir accueillir, et soutenir, et laisser leur parole et leur lumière nous soutenir, en particulier ceux qui pensent qu’ils n’ont pas besoin.

Nous découvrons que les piaristes laïcs sont une source d’énergie pastorale et qu’il nous fait beaucoup de bien d’accepter le charisme qu’ils possèdent en eux, parce qu’il nous met au défi et nous pousse à cesser d’être territoriaux ou égoïstes.

Nous découvrons que ceci n’est pas à nous, et qu’il est ouvert à être une mission en RÉSEAU, parce que quand on s’y attend le moins, cela a été « emmêlé » avec Mouvement Calasanz México, Morelos, et avec l’UFEC à Miami. Nous nous sentons plus piaristes, plus à l’aise.

Nous découvrons qu’être RÉSEAU, selon l’Évangile de Jean 21, 6-8 est un art d’écoute, de dialogue, d’ouverture, de joie, de tolérance, de compréhension, de compassion, de travail, d’espoir, de leadership partagé, de travail calme et humble. « Et le RÉSEAU ne s’est pas déchiré… »

Nous découvrons que nous avons la foi, mais nous devons demander plus fortement la foi qui nous manque, car au milieu de la nuit, des signes surgissent que Dieu est avec nous, et bénit le travail de l’ouvrier de jour. Car la prière pour les vocations et l’accompagnement aux jeunes n’a pas cessé, et même dans la saine distance sociale, le Seigneur continue de nous envoyer à écouter et accompagner. Merci Adrian d’avoir accepté l’invitation du Seigneur à vivre votre discernement au sein de la communauté des jeunes. Merci Octavio de t’avoir laissé inspirer par l’Esprit et de vivre la semaine sainte dans la clé de l’écoute de l’appel. Merci Justino, Luis Javier, Omar, Julen, Alam, José Luis, José, Lupillo, Patricio, Juan Francisco, Sergio, Emilio… en restant en contact avec les cartes AVE ou d’autres ressources, occupés dans l’appel de Dieu à leur vie.

Nous découvrons que les barrières sont mises par nous, mais l’Esprit Saint est responsable du tissage de ce qui est divisé.

Nous découvrons qu’il vaut la peine de donner la vie comme piariste, car c’est la façon dont Calasanz nous apprend à suivre Jésus et à atteindre le Père, et les enfants et les jeunes, dans des circonstances comme celles-ci que nous vivons.

La Semaine Sainte était exceptionnelle, parce qu’avec peu, nous avons découvert que nous étions capables de faire et de donner beaucoup, et qu’avec beaucoup de monde, la richesse était débordante.

Nous découvrons le besoin en tant qu’Église de faire du Réseau non pas un instrument d’évangélisation mais un environnement, un nouveau lieu théologique, dont la cohérence de la vie chrétienne peut aussi être transparente et la Parole de Dieu proclamée.

 

Défis

Nombreux… en bref: changement d’état d’esprit, nous laisser toucher par l’Esprit du Ressuscité, être un ouvrier de Dieu à fond.

Je suis sûr que nous n’avons pas tout vu, et nous avons peut-être omis certaines situations, dont nous sommes sûrs qu’ensemble nous les découvrirons.

Les préoccupations ci-dessus, en bref, sont une invitation réfléchie à réaliser que nous avons besoin de formation ou de connaissances numériques pour exercer notre rôle d’agents pastoraux communiquant la Parole de Dieu et avec les possibilités d’évangélisation des réseaux sociaux.

Les frontières entre la réalité physique et la réalité virtuelle sont si floues que les deux espaces doivent déjà être considérés comme faisant partie de la seule réalité – bien qu’en arrière-plan, rien de tel que d’être confronté à quelqu’un ayant un bon café, dans une bonne conversation, ou un camp avec les enfants ou les jeunes, ou une réunion de tant de sujets qui nous convoquent. Comment le rendre tangible? C’est notre tâche en tant qu’agents pastoraux.

Il nous reste la tâche pastorale de continuer à discerner, dialoguer, découvrir et planifier, comment aborder cette réalité de la spiritualité ou de la sainteté de la « porte d’à côté », en y voyant la portée de l’expression des aspirations les plus élevées de l’humanité, telles que la communication, la connaissance et la relation.

 

Activités que nous avons trouvées jusqu’à présent.

  • Eucharisties en semaine
  • Eucharisties du dimanche avec un théâtre guignol
  • Dialogue avec Jésus. Heure Sainte
  • Catéchèses juvéniles. Temps avec Calasanz et Marie
  • Catéchèses avec enfants. Jésus et le petit Calasanz
  • Sauver un scolastique
  • Capsules d’information de culture vocationnelle, des piaristes et de Calasanz
  • Chansons et dynamiques pour les groupes
  • Viacrucis, Vialucis et le triduo de Pâques
  • Retraite de préparation de Pâques en ligne

 

Merci à tous de continuer à mettre votre grain de sable, parce que: Nous sommes avec vous et avec vous, nous sommes plus.

 

Facebook: Juniorato « Escolapios México »

YouTube: Juniorato Escolapio CDMX

Instagram: Juniorato_EscolapiosMX

Visitez-nous, marque « j’aime », abonnez-vous, jouez la cloche, partagez.

 

 

P. Julio Alberto Alvarez Díaz Sch. P.

 

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información. ACEPTAR

Aviso de cookies