Prot.S.193.2020

 

AUX ÉDUCATEURS ET ÉDUCATRICES DES ÉCOLES PIES

À CEUX QUI RENDENT POSSIBLE LA MISSION PIARISTE

 

« Si les enfants, dès leur bas âge, reçoivent une adéquate formation dans la Piété et les Lettres, on peut espérer sans aucun doute une heureuse réussite de leur vie ». (Saint Joseph de Calasanz)1 .

« Le mérite des écoles, c’est d’avoir de bons professeurs »

(Saint Joseph de Calasanz). 2 .

 

 

De la Maison Générale des Ecoles Pies, dans laquelle Saint Joseph de Calasanz a progressivement façonné son rêve d’une éducation globale pour tous les enfants et les jeunes, je m’adresse à vous tous, aux éducateurs et aux éducatrices de l’ensemble des Écoles Pies, de toutes nos institutions éducatives et de toutes les plateformes à partir desquelles l’Ordre exerce, avec vous, sa mission d’évangéliser en éduquant.

J’écris cette lettre spécialement pour vous dire MERCI. Depuis des semaines, nous vivons au milieu d’une pandémie difficile qui a mis à l’épreuve, et de manière très exigeante, notre engagement envers l’éducation et la mission piariste. Je peux dire, avec une profonde conviction, non sans fierté, que la réponse piariste que nous tous donnons est digne du fondateur des Écoles Pies. Merci à tous !

Vous avez tous donné un bel exemple de ce que signifie croire au projet pour lequel vous travaillez et auquel vous consacrez votre vie. Et je fais référence aux enseignants, au personnel administratif et de service, aux catéchistes, aux gestionnaires, aux responsables des divers domaines éducatifs et pastoraux, à tous. Tout le monde a fait de son mieux, et ils continuent de le faire.

Il s’agit d’une identité, et s’exprime d’une manière particulièrement significative lorsque les circonstances exigent des réponses nouvelles et engagées. De nombreuses heures passées dans le travail en ligne, beaucoup de temps d’écoute et d’accompagnement des élèves et des familles par divers moyens, réunions et plans pour répondre aux défis du moment, beaucoup de travail pour préparer les écoles pour le retour de l’activité. Beaucoup d’entre vous ont dû combiner votre travail professionnel en tant qu’éducateurs avec la prise en charge de vos propres enfants et de leurs travaux scolaires. Ce serait une liste interminable de raisons de remercier pour tout ce que vous avez fait et continuez à faire.

Je voudrais accompagner ce remerciement par un simple partage, avec vous tous, de certaines convictions qui ont émergé clairement, parmi nous, au milieu de cette pandémie. Je les nommerai brièvement, en pensant à vous.

VOCATION. Notre mission éducative est profondément vocationnelle. Elle est basée sur des convictions profondes et en communion avec un projet dans lequel nous croyons. Je pense que ces semaines nous ont aidés à renforcer ces convictions, parce que nous avons eu l’occasion de faire tout notre possible pour aller de l’avant vers ce but auquel nous nous sentons appelés. Renouvelons notre conviction vocationnelle.

RÉPONSE. La mission piariste est née en réponse à un défi : le droit à une éducation intégrale et de qualité de tous les enfants et de tous les jeunes. Ces jours-ci, cette composante « challengeant » notre mission nous a été clairement révélée. Et je pense que nous avons su, nous savons, répondre. Restons toujours conscients que les enfants et les jeunes nous défient.

CORRESPONSABILITÉ. Nous savons tous que nos écoles sont la responsabilité de chacun, et que chacun de nous a une mission à accomplir. Mais lorsque les circonstances sont comme celle que nous avons vécue, cette composante de la « co- responsabilité » apparaît plus fortement dans l’esprit de chacun de nous. Ceci est aussi l’identité : se sentir et savoir que l’école où je travaille est aussi à moi. Cultivons, jour après jour, la conviction que l’école est aussi à nous.

LIAISON. L’incapacité de nous voir et de nous rencontrer nous a amenés à établir de nouveaux modes de liaison. Pour l’échantillon, un bouton : nous avons vu comment le lien entre l’école et la famille a changé de paradigme, parce que les parents ont assumé une plus grande proximité avec l’éducation quotidienne de leurs enfants, parce que la salle de classe a déménagé dans leurs maisons. Cultivons la conviction de la Mission Partagée avec les familles.

INCLUSION. De Rome, nous avons suivi le fonctionnement de toutes nos écoles. Nous avons vu les grands efforts que tous ont faits, mais nous avons également vu les difficultés formidables que nous éprouvons dans les endroits où il n’y a pas d’Internet, ou il n’y a pas d’ordinateur ou de tablette dans les familles. Nous avons vu des écoles qui ont fonctionné par WhatsApp, par téléphone ou par radio. Et nous avons vu des écoles qui ont dû fermer et des enfants à court d’école. Cette pandémie nous a cruellement placés devant le défi qui a poussé Calasanz. Le droit à l’éducation intégrale, à la qualité et l’éducation pour tous reste à devenir une réalité. Et dans certains endroits, nous avons fait marche arrière. Renouvelons notre engagement dans cette lutte en cours.

TÉMOIGNAGE. Notre proposition éducative est soutenue et rendue crédible grâce au témoignage et à l’authenticité des éducateurs. Cette pandémie doit nous aider à renouveler notre engagement à devenir les éducateurs dont les enfants ont besoin. Nous avons appris que nous devons continuer à apprendre, que nous ne sommes jamais parfaitement préparés, que les élèves demandent et ont besoin de plus de nous. Parions sur le fait de continuer à grandir en tant que personnes et en tant qu’éducateurs.

LEADERSHIP. Je tiens à dédier quelques mots aux gens qui ont assumé la direction de nos institutions. Le leadership dont nous avons besoin est plus clairement vérifié lorsque le moment est défavorable, lorsque le vent souffle contre nous. Je tiens à remercier publiquement les personnes et les équipes qui assument la responsabilité de tout faire fonctionner. Nous leur devons tous beaucoup. Je vous invite à exprimer cette appréciation et cette évaluation.

FOI. Notre mission, que nous accomplissons dans nos écoles et sur tant de plates- formes différentes, vient directement de l’Évangile de Jésus. C’est pour ça que c’est un charisme. Un charisme est un aspect nucléaire de l’Évangile, qui devient un projet, un engagement et une communauté. C’est pourquoi je veux vous inviter à renouveler votre foi, à continuer à faire confiance à l’amour de Dieu, qui est préférentiel pour les enfants et pour les pauvres. La foi nous rappelle que même si nous sommes petits, il y a un Dieu qui est Père. Se souvenir et le vivre nous fait beaucoup de bien. Et l’éducation des enfants et des jeunes dans cette expérience leur donne ce dont ils ont le plus besoin pour leur vie, c’est une mission extraordinaire. Je vous invite à renouveler votre désir de grandir dans votre foi.

NOUS ALLONS DE L’AVANT. Je conclus cette lettre par cette proposition : nous devons aller de l’avant avec notre travail et avec notre mission. Mais faisons-le en étant conscients des nouveaux défis qui émergent parmi nous.

  1. Il y a des choses qui ne changeront jamais dans les Écoles Pies. Il n’y a pas de virus qui puisse les battre. Je parle de la passion pour la mission, de la proximité avec les élèves, de la proclamation de l’Évangile, de l’engagement à la qualité dans tout ce que nous faisons, du Mouvement Calasanz, de la Mission Partagée, de la croissance de l’identité. Nous croyons en une éducation soutenue par une relation éducative qui ne se contente pas d’être virtuelle, mais authentique. Pour aller de l’avant,  il est temps de renouveler notre conviction  et  notre engagement envers ce  qui définit notre proposition éducative.
  2. Mais il y en a d’autres choses qui vont changer, ou qui apparaissent comme des défis de nouveauté. Je cite quelques-unes: le pacte éducatif mondial proposé par le Pape François et qui est un engagement à l’alliance entre tous les peuples et les institutions qui croient en l’éducation pour changer cette société;  l’appel  à  l’éducation dans la prise en charge de la maison commune; l’éducation aux valeurs d’un mode de vie humainement durable; les épines dorsales de la paix,  de  la solidarité, de l’écologie et du droit à l’éducation; la valeur et les opportunités de l’éducation  et  de la pastorale en réseau et dans le réseau; la vérification de la valeur de la qualité dans sa capacité à répondre à la pauvreté et à la situation d’exclusion,
  3. Et il y a des défis que nous devrons relever. Parmi eux, la crise économique que nous vivons déjà, et qui entravera de différentes manières notre vie et notre mission ; apprendre à vivre différemment, avec d’autres types de relations et de soins de santé ; le défi d’accompagner les gens, parce que l’usure subie n’a pas été faible ; le défi d’aider nos enfants et nos jeunes à exprimer ce qu’ils ont vécu et ce qu’ils ont appris, etc.
  4. Et il y a une référence centrale : Il a engendré une nouvelle école centrée sur l’étudiant, intégrale, populaire, inspirée dans  l’évangile,  basée  sur  des  éducateurs identifiés, avec un projet clair, avec une vocation de transformation personnelle et sociale,  et cherchant  d’offrir aux  élèves le trésor qui était son centre    et son axe : il y a une nouvelle vie, un homme et une femme nouveaux, que nous pouvons et devons construire, parce que c’est le désir  et la volonté de Dieu pour   nous. C’était Calasanz.

Je ne veux pas manquer de citer le précieux témoignage des communautés  religieuses Piaristes, qui ont été bien présentes dans tout ce processus, ainsi que la Fraternité. La foi et l’Eucharistie ont été célébrées en ligne ; des prières et des célébrations ont eu lieu ; il y a eu beaucoup d’heures d’écoute et d’accompagnement ; le Mouvement Calasanz a continué de se rencontrer chaque semaine ; il y a eu de nombreuses expériences de catéchèse sur Internet ; nous avons suivi et souffert la situation de chacun de nos éducateurs et de nos familles, etc.

D’une manière particulière, nous avons prié et prions pour ceux qui nous ont quittés : écoliers, éducateurs, parents de nos éducateurs, connus et proches. Nous nous sentons proches de ceux qui sont malades ou en difficulté.

MERCI pour tout ce que vous faites et vivez. Je vous souhaite, ainsi qu’à vos familles, tout le bien, et je renouvelle l’engagement des Écoles Pies d’aller de l’avant avec toutes nos écoles, avec toutes nos plateformes de mission, avec toutes nos convictions, dans l’assurance que vous les partagez et les soutenez.

Recevez notre salutation fraternelle. Je vous souhaite les bénédictions de Dieu, notre Père.

 

P. Francesc Mulet Sch. P.

Secrétaire Général

P. Pedro Aguado Sch. P.

Père Général

 

Rome, 22 mai 2020


 

1Constitutions de l’Ordre des Écoles Pies, 5.

2 Saint Joseph de Calasanz. Opera Omnia. Vol. 1, page 93. Année 1620.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información. ACEPTAR

Aviso de cookies