Dans une cathédrale comble, l’Archevêque de Santiago, Cardinal Ricardo Ezzati, a présidé une célébration eucharistique où il a apprécié l’héritage et l’importance pour notre pays, de l’espagnol Saint Faustino Miguez, fondateur de l’Institut Calasanctien des Filles de la Divine Bergère, canonisé par le Pape François.

Accompagné des parents, des amis, des étudiants et des représentants de l’École de la Divine Bbergère de La Florida, Verónica Stoberg a célébrée dans notre pays la canonisation de l’espagnol maintenant Saint Faustino Miguez.

L’archevêque de Santiago a dit au sujet de la canonisation de Faustino Miguez : « C’est comme une signature du Saint-Esprit sur le chemin de la sainteté que votre fondateur vous propose de vivre et qui reste scellé par l’Église lorsqu’elle reconnaît qu’un homme ou une femme a atteint  Dieu et la haute-route de la sainteté à la suite de Jésus ».

Il a ajouté : « Faustino a été intercesseur devant Dieu pour ce miracle si beau qui s’est passé dans notre pays et il est très important, parce que c’est un miracle qui se réfère à une mère qui est proche d’enfanter, qui se voit dans un état très complexe de santé, au point que les docteurs avaient enlevé tout espoir de sauver tous les deux, et aujourd’hui voilà la maman, e papa, le fils, qui étaient également avec le Pape François le jour de la canonisation. Cela nous aide à comprendre que notre vie humaine est toujours une vie aimée par Dieu ».

Enfin, il a évalué l’héritage du fondateur de l’Institut Calasanctien : « Les enseignants sont appelés à être sel et lumière. Sel qui donne la saveur et  lumière qui allume. Une éducation qui ne parvient pas à éclairer la vie du peuple, qui n’arrive pas à donner du goût à leur vie, n’est pas une véritable éducation. »

Après l’Eucharistie, Verónica Stoberg a ajouté que « C’est un grand frisson. Je suis toujours excitée. Cette histoire qui a commencé par une tragédie, quatorze ans plus tard, nous la célébrons ». Sur le temps qu’elle était avec le Pape François à Rome pour la canonisation, elle dit : « C’était un moment de grande joie. Il y avait beaucoup de gens célébrant cette grande fête. Parfois maintenant, les gens ont tendance à s’éloigner de Dieu et à le remettre en question, et tout et tout à coup, Dieu se manifeste par un miracle, et c’est très bien. »

Sacramento Calderon, Supérieure Générale de l’Institut Calasanctien, en même temps, a fait valoir que « c’est une joie de voir la quantité de Chiliens qui vibrent aussi avec Saint Faustino. Il est également plus importante encore, parce que le Chili a été le premier pays auquel les sœurs calasanctienne sont arrivées après l’Espagne, et de voir que Chili nous accueille si tendrement et célébrer la sainteté du Père Faustino est très excitant ».

Rappelons qu’une prééclampsie et syndrome de HELLP (modification de l’enzyme hépatique avec encéphalopathie hypertensive et hémorragie massive abdominale avec un risque élevé de mortalité) et état comateux grade 3 sur l’échelle de Glasgow, a été le diagnostic qui entre le 10 et le 13 septembre 2003, a reçu la famille de Verónica Stoberg, qui sachant la gravité du fait et que sa vie se terminerait dans quelques jours, se sont réunis dans l’École de la Divine Bergère de La Florida, pour lancer une chaîne de prière au Père Faustino Miguez.

Au fil des heures et des jours, sans aucune explication médicale, la situation a changé. Les saignements ont cessé et les paramètres analytiques se sont normalisés, la gravité a commencé à diminuer – et ce qui est encore plus étonnant pour la communauté médicale – les lésions cérébrales ont disparu complètement, des faits qui ont suffi à introduire le miracle et l’ouverture de la procédure devant la Cour Ecclésiale de l’Archidiocèse de Santiago du Chili, jusqu’au 10 décembre 2015, quand le Conseil médical du Vatican a déclaré le miracle et a ratifié que la cure de Verónica Stoberg peut être attribué à l’intercession de Faustino Miguez.

Enfin, le 22 décembre 2016, le Pape François a promulgué le décret qui approuve le miracle réalisé par Père Faustino Miguez l’année 2003.